Trafics de femmes : Enquête sur l'esclavage sexuel

Trafics de femmes : Enquête sur l'esclavage sexuel dans le monde Extrait de l introduction Lorsque j avaisans et que nous sortions, ma soeur Sonia et moi, ma m re nous mettait toujours en garde contre la voleuse d enfants , une vieille femme connue dans le quartier pour enlever des petites filles, qu elle attirait avec des bonbons puis qu elle revendait des trangers Le mot anglais correspondant, kidnapper, litt ralement voleur d enfants , est aujourd hui employ pour parler de rapt, quel que soit l ge des personnes enlev es Quarante ans ont pass Depuis ces recommandations de ma m re, j ai d couvert que ce que je prenais alors pour un fait divers, digne d un roman de Dickens, allait devenir l un des plus graves probl mes du XXIe si cle La soci t a tendance consid rer la traite des femmes et des petites filles comme l h ritage d une autre poque, d un pass o la traite des Blanches tait un petit commerce men par les pirates qui enlevaient les femmes pour les revendre des maisons closes de pays lointains Nous pensions qu avec l influence de la modernisation et de la mondialisation ce commerce dispara trait Que le simple contact des lois occidentales et de l conomie de march avec cet aspect obscur du monde sous d velopp suffirait pour en liminer la prostitution infantile Pourtant, les recherches qui sous tendent ce livre montrent que la r alit est toute autre Le monde assiste une recrudescence des r seaux qui pratiquent l enl vement, la vente et l exploitation des femmes et des petites filles ces m mes ph nom nes qui, en th orie, devaient radiquer l esclavage l ont en fait renforc , lui donnant une ampleur sans pr c dent La culture qui se d veloppe sous nos yeux g n ralise le rapt, la disparition, la vente et l exploitation sexuelle de petites filles et d adolescentes travers le monde, dans le but de les transformer en objets pouvant tre lou s ou vendus Cette culture, qui encourage la chosification des tres humains, se fait passer pour lib rale et progressiste Esclaves de cette conomie de march d shumanisante qui nous a t impos e, des millions de personnes consid rent la prostitution comme un moindre mal, fermant les yeux sur ce qu elle implique exploitation, mauvais traitements et pouvoir absolu du crime organis plus ou moins grande chelle, dans le monde entier Le crime organis existe depuis des si cles et forme un immense r seau international, constitu de mafieux, d hommes politiques, de militaires, de chefs d entreprise, d industriels, de chefs religieux, de banquiers, de policiers, de juges, de tueurs gages, mais aussi d hommes de la rue Ces r seaux internationaux se distinguent uniquement des d linquants agissant seuls ou des petits groupes locaux par leurs strat gies, leurs codes et leurs m thodes de communication Leur pouvoir et leur raison d tre reposent sur la capacit des mafias cr er un pouvoir conomique et politique dans toutes les villes o elles agissent Le lien qui les unit est la recherche du plaisir, travers lequel ils profitent de leur richesse et de leur pouvoir Les uns cr ent le march de l esclavage humain, les autres le prot gent, en font la publicit , l alimentent, et d autres encore renouvellent la demande en mati res premi resChaque ann e , millions de personnes, en grande majorit des femmes et des petites filles, sont achet es et revendues, comme une mati re premi re, au point que le commerce sexuel est devenu, entre la vente d armes et le trafic de drogues, le plus rentable du monde Dans cette enqu te d une ampleur sans pr c dent, men e pendantans sur trois continents, la parole est donn e tous les acteurs les trafiquants et les victimes devenues parfois elles m mes des exploitantes les interm diaires et les clients, les madames , les mafieux, les militaires et les services publics, souvent corrompus, dans tous les pays et tous les niveaux les victimes qui ont r ussi revivre des rapports humains normaux plus det moignages Cet ouvrage est un tour du monde de l esclavage contemporain, qui m ne le lecteur en Turquie, en Isra l et en Palestine, au Japon, au, L ouvrage d voile comment l arm e d hier et d aujourd hui d l gue le sale travail de recrutement des prostitu es et d encadrement des bordels, comment les europ ens s offrent des filles ou des fillettes avec l accord des autorit s tha landaises, etc Nous assistons au d veloppement d une culture qui promeut la chosification humaine comme s il s agissait d un acte de progr s ou d un libre choix, mais qui profite surtout aux mafias Mafieux, hommes politiques, militaires, entrepreneurs, industriels, leaders religieux, banquiers, policiers, juges, hommes de la rue, forment une cha ne du crime organis L auteur montre que la prostitution forc e et l esclavage sexuel sont un des n goces mafieux d lection, c t du trafic de drogues, de la pornographie, du trafic d organes, de la vente d armes Elle brosse un tableau pr cis du fonctionnement des mafias et des liens entre ces diff rents commerces Un livre choc, de nombreuses r v lations, des t moignages bouleversants Lydia Cacho, n e enMexico, est journaliste et activiste reconnue en faveur des droits de l Homme Elle a publi plusieurs ouvrages retentissants Les D mons de l den d nonce un important r seau p dophile au Mexique Son investigation men e dans la clandestinit lui a valu d tre d tenue et tortur e par la mafia, exp rience racont e dans M moires d une infamie Debate,, un r cit qui bouleversa l opinion publique Elle a re u de nombreux prix dont le Prix national de journalisme en , le Premier prix des Droits de l homme et le prix Ginetta Sagan d Amnesty International enPar ailleurs, elle dirige Canc n un centre d accueil pour les femmes victimes de violence et elle est porte parole aupr s du Bureau des Nations Unies pour la femme


About the Author: Lydia Cacho

En tant qu’auteur connu, certains de ses livres fascinent les lecteurs, comme dans le livre Trafics de femmes : Enqute sur l'esclavage sexuel dans le monde , qui est l’un des lecteurs les plus recherchés Lydia Cacho auteurs dans le monde.



4 thoughts on “Trafics de femmes : Enquête sur l'esclavage sexuel dans le monde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *